Nous apportons une alternative à la délocalisation

 

Les industriels préfèrent délocaliser et les banques, Investisseurs privés et fonds d’investissement ne veulent pas financer l’industrie manufacturière de l’habillement.

Il nous semble que l’état a dans de telles circonstances, le devoir d’investir par l’intermédiaire de la Caisse des Dépôts et Consignations, de l’argent public dans des projets qui peuvent créer rapidement des milliers d’emplois et répondent aux exigences de rentabilité.

L’état serait gagnant, d’abord parce que le nombre de chômeurs à sa charge diminuera, la perception d’impôts et le montant des cotisations aux régimes de protection sociale augmenteront, les importations diminueront au bénéfice de notre balance commerciale, de plus des dividendes seront versées à l’organisme public de financement, propriétaire d’une part importante de l’entreprise.

Recréer 100 000 ou 200 000 emplois dans le secteur du textile et de l’habillement en 10 ou 15 ans alors que ces professions comptaient autrefois un million d’employés, ne serait ni un exploit ni un miracle économique.

Pour parvenir à cela, il faut juste disposer d’un projet sérieux et réaliste ayant fait l’objet d’une étude approfondie et surtout que le gouvernement soit déterminé à créer de l’emploi..

                                                                                                              Francis Journot

Copyright © 2010 Vêtements made in France -Toute reproduction, même partielle, est interdite sans l’autorisation de l’auteur 

                                                         REJOIGNEZ NOUS !

Vous pouvez apportez votre soutien au projet en répondant au sondage (en haut à droite), en écrivant un commentaire et surtout en parlant de "vêtements made in France" autour de vous.

si vous ajoutez un commentaire, vous pouvez vous présenter aux internautes en indiquant votre prénom, votre nom si vous le souhaitez, votre age, votre profession ou votre dernier diplôme et votre ville.

Exemples : Aurèlie F, 26 ans, Montreuil (93), diplômée Sciences Po, en recherche d’emploi

Sabine, styliste, Paris

Elisabeth Dumez, 50 ans, mécanicienne confection, licenciée, Troyes (Aube)

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×