Un intérêt public

- Maintien du savoir faire et de l'emploi en France, avec des milliers d'emplois, puis des dizaines de milliers d’emplois générés dans l’entreprise, chez les fournisseurs et sous traitants, toujours situés en France (chaque géant du secteur emploie indirectement 100 000 à 200 000 personnes dans le monde). 

- Notre concept, novateur et ambitieux, présente un formidable potentiel d’essor et Il constitue une opportunité dans un contexte de l’emploi qui nécessite l’émergence de nouvelles entreprises industrielles manufacturières, principales activités productives créatrices de milliers d’emplois.

- La relocalisation du secteur du textile et de l’habillement augmentera également le nombre d’actifs et apportera une part de solution au problème de financement des régimes de protection sociale dont celui des retraites.

- Contribution à la diminution du déficit commercial extérieur, avec moins d’importations de vêtements.

- Le retour d’une production industrielle de la confection de l’habillement en France, contribuera à une augmentation de la croissance nationale car aujourd’hui, la consommation de vêtements importés ne crée guère de croissance dans notre pays.

- Une importante économie d’énergie, car les vêtements ne parcouront que quelques centaines de kilomètres, de la région de fabrication au consommateur français, au lieu de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, lorsque la fabrication est répartie sur plusieurs pays et continents.

- Les emplois industriels sont structurants et revitaliseront des régions.

- Plusieurs boutiques spacieuses à Paris et en province, un site marchand et un site d’information constitueront une formidable vitrine en France et dans le monde pour le savoir faire textile français. Une communication en collaboration avec les régions, contribuera à créer un regain d'intérêt pour la fabrication française.

- La réussite de "chic & branché" démontrera qu'il est parfois possible d’adapter une production française au marché et d'obtenir une rentabilité, malgré des coûts salariaux élevés.

- Au fil de son développement, la marque reprendra des PME textiles, souvent en redressement ou liquidation judiciaire, mais disposant d’ateliers de confection et de personnels compétents.

La reprise de ces entreprises, détentrices d’un savoir-faire, sauvera des emplois dans plusieurs régions de l’hexagone et permettra également de disposer rapidement de structures opérationnelles, utiles à un développement qui pourrait se révéler exponentiel.

                                                                                                         Francis Journot

Copyright © 2007–2010 Chic et Branché -Toute reproduction, même partielle, est interdite

                                                  REJOIGNEZ NOUS !

Vous pouvez apportez votre soutien au projet en vous abonnant à la newsletter, en participant au forum, en répondant au sondage, en écrivant un commentaire et surtout en parlant de "vêtements made in France" autour de vous.

si vous ajoutez un commentaire, vous pouvez vous présenter aux internautes en indiquant votre prénom, votre nom si vous le souhaitez, votre age, votre profession ou votre dernier diplôme et votre ville.

Exemples : Aurèlie F, 26 ans, Montreuil (93), diplômée Sciences Po, en recherche d’emploi

Sabine, styliste, Paris

Elisabeth Dumez, 50 ans, mécanicienne confection, licenciée, Troyes (Aube)

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×