Vers la fin de l'eldorado des pays à bas côuts

 

Face à l’inflation, les salariés des pays à bas coûts revendiquent de meilleures conditions de vie et font de plus en plus souvent grève dans la plupart des pays de l’Europe émergente, mais aussi en Asie. notamment en Inde, au Bangladesh et  au Vietnam, avec en 2008, 178 blocages d’usines textiles en 9 mois.

Plus récemment, en juin 2010 au Bangladesh (3eme fournisseur de textile européen), 800 000 ouvriers travaillant dans 700 usines textiles, ont fait grève et exigé une multiplication des salaires par 3.  

En Chine, le développement du cadre juridique sur la protection sociale et les salaires, facilite l’expression de la contestation, et partout dans le pays, les conflits du travail se multiplient, la main d’œuvre manifeste et se met en grève.

A Shenzhen, le nombre de procès a augmenté de plus de 500 % en un an et des ouvriers obtiennent le paiement de leurs heures supplémentaires.

En 2007, les salaires chinois ont connus une hausse moyenne de 18.72 % ¹ .et approcheront le niveau de ceux des occidentaux au cours des années à venir ² . Ainsi, si l’on ajoute à ces futurs coûts de production, tous les inconvénients : qualité moindre, faible productivité, coût et durée du transport, manque de réactivité, coûts de la présence sur place et déplacements, stocks supplémentaires à gérer et à financer, taxes d’exportation de 14 % et bientôt, probablement des taxes de transport et d’importation pour la protection de l’environnement, la délocalisation vers l’Asie s’avérera peu intéressante.

Cependant, Il faut relativiser le poids du coût en personnel dans le coût total d’un vêtement.

En Chine, c’est aussi le "dumping" sur les matières comme le coton, dont elle est le premier producteur, qui permet de maintenir un bas niveau de prix ³ .

De même, lorsqu’on fabrique en France, le poste achats tissus est tout aussi déterminant que les coûts salariaux de confection (ou travail à façon) dans le coût de revient final.

Demain, les entreprises qui auront su préserver leurs moyens de production en France bénéficieront alors d’un avantage considérable face à leur concurrence, avec une capacité à produire des articles qualitativement supérieurs pour un coût de production quasiment similaire.

                                                                                               Francis Journot

                                                  REJOIGNEZ NOUS !

Vous pouvez apportez votre soutien au projet en répondant au sondage, en écrivant un commentaire, en vous abonnant à la newsletter et surtout en parlant de "vêtements made in France"  autour de vous.

si vous ajoutez un commentaire, vous pouvez vous présenter aux internautes en indiquant votre prénom, votre nom si vous le souhaitez, votre age, votre profession ou votre dernier diplôme et votre ville.

Exemples : Aurèlie F, 26 ans, Montreuil (93), diplômée Sciences Po, en recherche d’emploi

Sabine, styliste, Paris

Elisabeth Dumez, 50 ans, mécanicienne confection, licenciée, Troyes (Aube)

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×